Nouvelles

UN PROFESSIONNEL DE RECHERCHE INSPIRANT

François Tardif a bifurqué de son travail en laboratoire, il y a 14 ans, pour se consacrer à la recherche dans le domaine des soins palliatifs, de la maladie mentale et de l’oncologie psychosociale. Portrait d’un homme passionné dont le parcours a été récompensé, en 2017, d’un Prix d’excellence des professionnels de recherche décerné par le Fonds de recherche du Québec.

Professionnel de recherche au sein du CHU de Québec, François Tardif coordonne, depuis 2009, les travaux de l’Équipe de recherche Michel-Sarrazin en oncologie psychosociale et soins palliatifs (ERMOS). Composée de 22 chercheuses et chercheurs, cette équipe a développé, entre autres, un programme efficace de psychothérapie qui permet aux personnes atteintes d’un cancer d’améliorer leur qualité de vie.

En raison des résultats concluants du programme, il sera implanté dans d’autres sites au Québec, ce qui remplit de fierté François Tardif. Et avec raison! Par son travail, il a contribué de façon importante à ce succès, notamment en veillant à la gestion de l’équipe de recherche et en assurant le rôle d’intermédiaire entre l’ERMOS et le centre hospitalier universitaire.

« Mon rôle consiste à débroussailler les chemins, à enlever les barrières qui se présentent en cours de route, bref, à faire en sorte que le travail de recherche puisse s’effectuer dans les meilleures conditions possible », explique-t-il. Ses fonctions l’amènent aussi à collaborer avec des comités de travail ministériels, particulièrement sur la question des soins palliatifs au Québec.

« En plus de superviser et d’encadrer les étudiantes et étudiants des cycles supérieurs, je présente aussi des conférences et je participe à la rédaction des demandes de subventions et des articles scientifiques. Cette diversité de tâche est franchement stimulante! » souligne-t-il.

Au cours des prochaines années, François Tardif aura d’autres beaux défis à relever. Ayant obtenu une subvention importante, l’ERMOS deviendra un réseau de recherche provincial. C’est donc à lui que reviendra la tâche de mettre en place l’équipe élargie de recherche et de s’assurer de bien la faire progresser. Nul doute qu’il y parviendra aisément!

Source : Véronique Meunier, stagiaire CSQ aux communications.
Photo : Pascal Ratthé

Négo de l’Unité CAMPUS Université Laval du SPPRUL-CSQ – Entente de principe

Réunis en assemblée générale, c’est à l’unanimité que les professionnelles et professionnels de recherche (PPR) de l’unité d’accréditation du Campus de l’Université Laval ont accepté l’entente de principe qui leur fût présentée le 18 janvier 2018.

À la suite d’une présentation du porte-parole monsieur David Mercier, conseiller à la CSQ, les PPR ont autorisé, au scrutin secret et par un vote unanime des membres présents, la signature d’une nouvelle convention collective de travail.

Quant à l’Université Laval, l’entente sera soumise à l’approbation du Conseil d’administration qui se réunira le 28 février 2018.
Il est donc raisonnable de s’attendre à ce que la signature ait lieu avant le premier jour de la période de paie débutant le 12 mars 2018 et qu’en conséquence, la Convention devrait débuter à cette date.

Finalement, le SPPRUL-CSQ remercie les membres du comité de négociation collective : madame Rachel Lépine (PPR), messieurs André Gagné (PPR), Luc-André Levesque (Conseiller) et David Mercier (Porte-parole), de même que les membres du comité élargi de négociation collective : mesdames Marie-Hélène Bérard (PPR) et Denyse Lamothe (PPR).

Le SPPRUL-CSQ remercie aussi tous les PPR qui se sont impliqués dans le processus de la négociation et spécialement l’Université Laval pour son écoute et son ouverture dans la recherche de solutions avantageuses pour toutes les parties.

Luc Caron
Président SPPRUL-CSQ

UN PROFESSIONNEL DE RECHERCHE NOMMÉ COMME UN HOMME-ORCHESTRE DÉDIÉ AU SAVOIR

L’historien Martin Fournier a toujours eu un intérêt pour la Nouvelle-France. Depuis dix ans, il œuvre dans le domaine du patrimoine. Ses travaux lui ont d’ailleurs valu, en 2017, un Prix d’excellence des professionnels de recherche décerné par le Fonds de recherche du Québec. Ce prix vise à reconnaitre leur apport essentiel à l’avancement des sciences.

Ayant plusieurs cordes à son arc, Martin Fournier coordonne le développement de l’Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française, et ce, depuis le début du projet en 2007. « J’ai rapidement repéré le potentiel multimédia du projet. Je fais de la photo et j’ai de l’expérience en cinéma. Je me suis dit que c’était l’occasion d’y inclure des documents multimédias ». L’encyclopédie en ligne contient plus de 350 articles, 500 minutes de vidéo et quelques milliers d’illustrations consultés par près de 300 000 visiteurs uniques par année. Visant un public large, Martin Fournier et ses collègues se sont assurés de répondre aux besoins des amateurs d’histoire et des élèves de la fin du secondaire. Ils ont aussi profité du projet pour faire progresser la recherche sur l’usage du numérique en médiation culturelle.

En sciences humaines, les professionnelles et professionnels de recherche sont souvent appelés à effectuer du multitâche. « Nous touchons vraiment à tout : recherche, diffusion, coordination et rédaction. Nous sommes amenés à faire des choses différentes presque chaque jour ». En plus de son travail pour l’Encyclopédie, il a contribué à la réalisation de l’application mobile Découvrir Québec et, actuellement, il collabore à un projet national sur le patrimoine des communautés francophones canadiennes.

C’est avec beaucoup d’humilité que Martin Fournier souhaite faire profiter de son savoir et de ses connaissances. « J’accorde beaucoup d’importance à la diffusion des connaissances. C’est vraiment le point central de ma carrière. »

Source : Véronique Meunier, stagiaire CSQ aux communications.

Photo : Pascal Ratthé

Nouvelle convention collective au Centre de recherche de l’Hôtel-Dieu de Québec, c’est signé!

Les membres du Comité de négociation, de gauche à droite : M. Vincent Gauron conseiller SPPRUL-CSQ, M. Luc Caron Président SPPRUL-CSQ, M. Nicolas Houde délégué syndical SPPRUL-CSQ, Mme Vanessa Bussières déléguée syndicale SPPRUL-CSQ et M. David Mercier conseiller CSQ. Crédit photo : M. Pascal Ratthé

Le 3 juillet dernier, un moment de l’année où l’on songe sérieusement aux vacances estivales, c’était la séance de signature de la nouvelle convention collective au Centre de recherche de l’Hôtel-Dieu de Québec (CRHDQ). Pour l’événement, comme à l’habitude, nous avions invité les professionnelles et professionnels de recherche (PPR) du Centre à rencontrer les équipes de négociation patronale et syndicale.

Cet événement nous donne l’occasion de nous asseoir ensemble autour d’une même table plutôt qu’en vis-à-vis comme lors des négociations. Psychologiquement, cela nous permet de tirer un trait sur les négociations passées, de rigoler un peu avec les gens dans une atmosphère détendue et festive, aussi de considérer l’avenir en emploi d’une façon constructive au CRHDQ. En fait, cette négociation assure à chacune des parties les bases d’une bonne entente sur une période de plusieurs années. C’est quelque chose.

C’est aussi le moment de jeter un regard sur le travail accompli et de faire les remerciements d’usage. D’abord, aux PPR du comité élargi de négociation qui ont fait le tour de la convention collective et monté le cahier de charges : Vanessa Bussières, Valérie Côté, Nicolas Houde, Herman Lambert et Jean-François Pelletier. Ensuite, aux PPR du comité de négociation avec qui j’ai partagé des moments mémorables : Vanessa Bussières et Nicolas Houde. Puis, les PPR du comité de mobilisation : Valérie Côté, Rachelle Frenette-Cotton et Herman Lambert. Il faut également remercier tous les PPR qui nous ont appuyés en Assemblée générale et lors des activités de mobilisation. Dites-vous que sans votre participation cette convention n’aurait pas été la même.

Du côté des employé(e)s, il faut remercier sincèrement notre porte-parole David Mercier de la CSQ, Vincent Gauron notre conseiller au SPPRUL-CSQ ainsi que Marie-Hélène Doyon technicienne en administration et responsable du secrétariat au SPPRUL-CSQ.

Du côté du ministère du Travail, nous étions unanimes, autant du côté patronal que syndical, pour saluer le travail de monsieur Jean-Luc Déchêne qui fut médiateur-conciliateur entre nos deux parties au ministère du Travail de l’Emploi et de la Solidarité sociale. D’ailleurs, Monsieur Déchêne a fait preuve d’une grande patience envers nous, surtout lors de la visite-surprise au ministère d’une bonne vingtaine de PPR. Alors, j’imagine que tout au long du processus de conciliation, il a fait preuve d’une patience égale envers la partie patronale.

Félicitations à toutes et tous pour cette grande réalisation.

Luc Caron

Président SPPRUL-CSQ

EN REVENANT DE SEPT-ÎLES…DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL, LAURENT!

De notre envoyé spécial au Conseil général de la CSQ  à Sept-Iles, Laurent Thivierge : la FSAC-CSQ était bien représentée au dernier conseil général de la CSQ qui a eu lieu à Sept-Îles les 23, 24 et 25 mai dernier. Le président de la FSAC-CSQ, Jacques Legault, la vice-présidente Francine Deschênes et le secrétaire-général Richard Vennes étaient sur place accompagnés de Gérard Côté, Marc Durand et Laurent Thivierge, tous délégués syndicaux dans des unités affiliés à la FSAC-CSQ. Lire la suite

Lauréats 2017 des prix d’excellence des professionnels de recherche

Le Syndicat des professionnelles et professionnels de recherche de l’Université Laval (SPPRUL-CSQ), félicite chaleureusement les gagnant(e)s ainsi que tous les participant(e)s qui ont proposé leur candidature. La remise de prix du FRQ est une reconnaissance directe de la contribution essentielle des professionnelles et professionnels à la qualité de la recherche scientifique québécoise. Les trois Fonds de recherche du Québec (FRQ) ont fait connaitre le nom des lauréats 2017 des Prix d’excellence des professionnels de recherche. Cette année, 9 prix soulignent l’excellence des carrières de professionnelles et professionnels de recherche.

Défendre le point de vue des PPR au Conseil universitaire de L’Université Laval

Les professionnelles et professionnels de recherche (PPR) sont représentés au Conseil universitaire (CU) depuis l’adoption de la première convention collective en 2004. Un PPR est désigné pour deux ans par le collège électoral des professionnelles et professionnels de recherche pour les représenter au CU. Le Conseil universitaire se réunit au moins huit fois par année. Son mandat est d’exercer les pouvoirs de l’Université sur les questions d’ordre académique, par exemple, l’adoption des normes d’admission des nouveaux étudiants, des programmes et leurs modifications, adoption des règlements généraux concernant les études, les grades universitaires, les diplômes et les certificats, octroi de doctorats honorifiques, etc. Mais aussi, et c’est là tout l’intérêt pour notre représentation, reconnaître les centres de recherche et les instituts et évaluer les centres de recherche. Lire la suite

Une année de défis pour les responsables de formation pratique et les chargé.e.s d’enseignement en médecine de l’Université Laval

Le Syndicat des responsables de formation pratique de l’Université Laval (SRFPUL-CSQ) qui regroupe aussi les chargées et chargés d’enseignement en médecine a tenu son assemblée générale annuelle le 25 mai dernier.

Plus de 50% des membres étaient présents à cette assemblée et ont renouvelé les mandats de l’exécutif pour l’année 2017-2018.

L’équipe est constituée de Mme Denise Ouellet, CEM-Physiothérapie, Mme Linda Drolet, trésorière, RFP – Kinésiologie, Mme Élaine René, secrétaire, RFP – Sciences de l’éducation, M. Benoît Lafrance, vice-président, RFP – Architecture et Mme Isabelle Vincent, CEM – Ergothérapie et M. André Roy, président, RFP – Communication.

L’année 2017-2018 sera une année de négociation des deux conventions collectives dans le contexte d’une nouvelle direction universitaire. Le comité de négo présentera les grandes orientations de cette négociation aux membres lors d’une assemblée spéciale qui se tiendra le 8 juin prochain.

André Roy

Président SRFPUL-CSQ

 

Que pensent les professionnelles et professionnels de recherche (PPR) de leur travail?

Les professionnelles et professionnels de recherche ont été nombreux à rapporter des commentaires lors d’une enquête sur leur parcours professionnel. Nous avons donc réuni dans un document les propos recueillis dans le cadre de cette enquête. Ceux-ci illustrent à bien des égards les défis et les obstacles associés à la carrière de PPR dans un établissement universitaire ou dans un centre de recherche hospitalier universitaire.

Ce document satellite de l’étude principale (en rédaction) se divise en deux parties. La première est un bref rappel des principaux enjeux associés à notre profession. La seconde, présente les commentaires de PPR, dans leurs propres mots, ainsi qu’une brève analyse qualitative de leurs propos.

Je remercie sincèrement Dominique Tanguay, professionnelle de recherche à l’Université Laval, qui a été l’instigatrice et l’artisane de cette étude pour chacune des étapes de réalisation: demande de soutien financier, enquête, analyse, présentation et rédaction. Je remercie également Rachel Lépine qui a été en appui du travail de Dominique tout au long du processus ainsi que Marie-Hélène Bérard pour sa participation à la réalisation du document que nous vous présentons aujourd’hui. Rachel et Marie-Hélène sont également professionnelles de recherche à l’Université Laval.

Ce document a été réalisé par le SPPRUL-CSQ grâce au soutien financier du Regroupement des unités catégorielles (RUC-CSQ). Nous profitons de l’occasion pour les remercier de cette généreuse contribution.

Bonne lecture!

Luc Caron

Président SPPRUL-CSQ

Retour sur les États généraux de l’enseignement supérieur

Le 19 mai dernier, les organisateurs de l’événement des États généraux de l’enseignement supérieur m’ont offert la chance de m’exprimer lors de l’atelier B3 sur la précarité et la contractualisation en enseignement et en recherche. Ce fut l’occasion d’afficher quelques statistiques sur nos conditions de travail à l’Université Laval et dans les centres affiliés. Aussi cela a permis de partager avec les personnes présentes quelques pistes de solutions afin de lutter contre la précarité des emplois de professionnelles et professionnels de recherche.

Personnellement, j’ai assisté à l’atelier A2 portant sur l’amélioration des conditions de réalisations de la recherche. Un fait intéressant, la directrice générale de l’Association pour la recherche au collégial, madame Lynn Lapostolle, a pris la peine de nommer tous les acteurs de la recherche au collégial incluant les professionnelles et professionnels de recherche.

J’ai également bien apprécié la présentation de Michel Ouellet, président du Syndicat des professionnelles et professionnels de recherche œuvrant au CHUL (SPPROC), d’autant plus que l’essentiel de sa présentation portait sur les détails du rapport sur l’examen du soutien fédéral aux sciences nous concernant. Un rapport qui a d’ailleurs été l’objet d’une nouvelle au SPPRUL-CSQ.

Du côté de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), une lettre ouverte signée par l’ensemble de ses affiliés ayant participé à ces journées de travail a été soumise aux médias, résumant très bien l’essentiel de l’événement. Un grand merci aux organisatrices et organisateurs de ces états généraux.

Luc Caron

Président SPPRUL-CSQ